PETITS ÉCHOS D’UN CAFÉ À VESOUL

Pas loin de vingt bibliothécaires étaient présents à Vesoul pour un café ABF, ce vendredi 1er juillet.

Après un chaleureux temps d’accueil (bonne humeur, café et viennoiseries au menu) la réunion a commencé par une présentation de l’ABF et de ses actions par Christophe Daniel.

Passage, ensuite, à l’ordre du jour. Christine Bachet, responsable de la bibliothèque Louis-Garret a évoqué les projets envisagés dans cet établissement : réaménagements de petits espaces, création d’une terrasse, etc. Échanges entre participants sur les projets en cours chez eux, la manière de les conduire, les problèmes ou écueils rencontrés.

D’autres échanges portèrent, notamment, sur notre journée d’étude du 9 juin, et sur la récente Loi Robert, laquelle ne manque pas de susciter bon nombre d’interrogations chez les bibliothécaires.

La matinée s’est achevée avec la visite des lieux : ceux auxquels le public accède au quotidien, mais également – et ce fut fort intéressant – celle des espaces consacrés au travail interne, à la réserve et, surtout, aux documents anciens.

Merci à Christine Bachet, et à son équipe, pour leur accueil !

COMPTE-RENDU DU CAFÉ ABF À BELFORT

Jeudi 31 mars 2022, une petite vingtaine de bibliothécaires était réunie pour un café à la bibliothèque de Belfort. A l’ordre du jour : comment faire (re)venir le public dans les médiathèques.

Passé le temps de l’accueil, du café et des viennoiseries, vint celui d’une présentation de l’ABF au cours de laquelle Christophe Daniel, président du groupe régional France-Comté, a rappelé le rôle, les missions et l’importance de celle-ci pour les bibliothèques et la lecture publique.

Durant les échanges qui suivirent, les conséquences du confinement et de la succession des diverses contraintes sanitaires liés au COVID furent largement évoquées. Notamment leur impact sur la fréquentation des bibliothèques, leur fonctionnement, les changements constatés dans les usages et la manière dont le public et les professionnels ont réagi et se sont adaptés.

Si le nombre des emprunts n’a pas chuté, il semble acquis qu’après une baisse significative de celui des entrées, la situation sur ce point semble doucement vouloir revenir à la normale.
Pour autant, il reste à accomplir un travail de communication, d’information et d’incitation destiné à faire retourner à la bibliothèque une fraction du public qui hésite encore à le faire, en aurait perdu l’habitude, ou tout simplement l’envie.

Le goût qu’ont pris certains lecteurs au cliquer-collecter, aux sacs surprise, à un recours plus fréquent au numérique à l’occasion de cette crise nous offre aussi l’opportunité, voire la nécessité, de réfléchir au mode de fonctionnement des médiathèques, à le repenser dans ce qu’elles peuvent offrir – et comment – à leurs usagers. (Crisis, en grec ancien ne désigne-t-il pas aussi un moment opportun pour prendre une décision ou opérer un changement ?)

La matinée s’est achevée avec la visite de la bibliothèque, sous la conduite de Mme Nathalie Bouchetal, sa responsable. Nous ne saurions trop la remercier pour son accueil et sa bienveillance, qui auront contribué à la réussite de ce premier café ABF de l’année.

Quelques images de la médiathèque Léon Deubel de Belfort. (Cliquer pour les agrandir…)

NOUVEAU MANDAT, NOUVELLE ÉQUIPE

La récente assemblée générale du groupe Franche-Comté de l’ABF était aussi la dernière du mandat 2019-2021. Il y fut donc procédé à l’élection des membres du conseil d’administration [C.A.] pour la période 2022-2024. (Compte-rendu de l’AG du 13/12/2021)

Réuni en visioconférence, le premier conseil d’administration a donné lieu à la nomination des membres du bureau exécutif du groupe. (Compte-rendu du C.A. du 15/12/2021)

Présentation de la nouvelle équipe

Président : Christophe DANIEL
Médiathèque départementale [70]
Vice-présidente : Véronique HERREN
Médiathèque municipale – Seloncourt
Trésorière : Christine BACHET-LE BRETTON
Bibliothèque municipale – Vesoul
Secrétaire : Claude ANTOINE
Bibliothécaire retraité
Membre du C.A. : Christelle BERNARD
Médiathèque départementale [90]
Membre du C.A. : Amélie JAQUET
Médiathèque départementale [70]
Membre du C.A. : Adeline BERNARDIN
Médiathèque municipale – Châtenois les Forges

Bienvenue !

Nous souhaitons la bienvenue à Amélie JAQUET et Adeline BERNARDIN qui ont rejoint le conseil d’administration de l’ABF Franche-Comté.

Remerciements

A Youcef BENSEDIRA (président sortant), Gaël FROMENTIN (ex trésorier) et Gaëtane VUILLEMIN (responsable organisation cafés ABF), tous nos remerciements pour leur implication au service du groupe durant le précédent mandat.

AU PAYS DE GUSTAVE COURTOIS

La médiathèque Gustave Courtois (*) de Pusey recevait ce jour, mardi 12 novembre, une douzaine de bibliothécaires réunie autour d’un café (ABF, bien sûr !)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaleureusement accueillis par Élyane et son équipe, merci à elles, les participants eurent ensuite l’occasion d’échanger lors du traditionnel tour de table. Il y fut question, entre autres sujets abordés, d’équipement et d’offres numériques, des problèmes et des questions que leur mise en oeuvre pose parfois.  S’ensuivit une présentation de l’ABF et de ses missions, par Youcef. Enfin, Amélie  (médiathèque départementale de Haute Saône) réalisa un survol  des possibilités offertes par le tout nouveau portail des médiathèques du département. Le tout dans la bonne humeur, comme à l’accoutumée.

Un beau succès, donc, pour ce dernier café de l’année !

(*) Peintre français (1852-1923), né à Pusey.

UNE BELLE RÉUSSITE !

En quelques mots, et quelques images, petit retour sur le café ABF de Giromagny…

Premier de l’année, ce café fut, à tout point de vue, une belle réussite : lieu agréable,  excellente ambiance, nombreux participants.
Un grand merci à tous, et particulièrement à Sandrine et à son équipe pour leur accueil !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Mais en quoi les biens communs concernent-ils les bibliothèques ?  » Retours…

  sachets Mardi 6 octobre 2015, l’Espace multimédia gantner, antenne de la Médiathèque départementale du Territoire de Belfort a accueilli la journée d’étude sur les biens communs.

Tempscommuns-150

Cette journée s’inscrivait dans la programmation du Festival  francophone « Le temps des communs »

Une conférence, des témoignages d’expériences en bibliothèques et des ateliers…

  • L’Espace Multimédia gantner propose sur son blog, une interview des intervenants Lionel MAUREL, conservateur à la Bibliothèque d’Histoire internationale Contemporaine (Université Paris X), Thomas FOURMEUX, assistant multimédia à la BM d’Aulnay-sous-Bois et Dorothée NEGRELLO, responsable de la Médiathèque André Besson (Plaine Jurassienne, Chaussin).

http://mediatheque.communaute-emg.net/2015/10/13/la-bibliotheque-in-situ-n-16/

  • La conférence introductive est visible ici et sur slideshare
  • Des hashtags pour voir cette journée sur twitter : #abffc #bienscommuns #communs2015
  • La suite de cette journée d’étude aura lieu dans les bibliothèques des nombreux participants, dans les rencontres proposées par le festival francophone « Le temps des communs » et sur le site Savoirs COM1  sans oublier le festival du domaine public en janvier

L’ABF Franche-Comté remercie les intervenants, les animateurs, l’espace multimédia gantner pour leur contribution à la réussite de cette journée. 🙂

  • Des liens ressources glanés lors de ces échanges : sachet-graines

Savoirs COM1 : http://www.savoirscom1.info/

Festival Le temps des communs : http://tempsdescommuns.org/

Espace multimédia gantner : le site : http://www.espacemultimediagantner.cg90.net/ et le blog : http://mediatheque.communaute-emg.net/

Blog de l’espace numérique de la bibliothèque D’Aulnay sous bois : http://espacenumeriqueaulnay.blogspot.fr/

Médiathèque André Besson (Plaine Jurassienne, Chaussin) : http://chaussin-pom.c3rb.org/

Bibliobox :

Plateforme d’échange http://bibliobox.net/

Des livres libres en bibliothèque : http://ebookenbib.net/

Ressources musicales avec Ziklibrenbib : http://www.acim.asso.fr/ziklibrenbib/

Tablettes – Ressources en « applis » jeunesse :

Bibapp : http://bibapps.com/

La souris grise : http://www.souris-grise.fr/

Déclickids : http://www.declickids.fr/

Logiciels éducatifs : http://www.logicieleducatif.fr/

Imprimantes 3D :

Exemple à la Canopée (Paris) : https://bibliothequecanopee.wordpress.com/2015/09/23/une-imprimante-3d-mais-quest-ce-que-ca-vient-faire-dans-une-bibliotheque/

Dans les bibliothèques de Brest : http://www.a-brest.net/article16783.html

Dans les bibliothèques des Etats-Unis : http://biblionumericus.fr/2015/03/07/100-bibliotheques-americaines-recevront-une-imprimante-3d-de-3d-systems/

Choisir son imprimante : http://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2014/06/03/bibliotheque-choisir-imprimante-3d

Journée d’étude

JE-500Journée d’étude ABF Franche-Comté

« Mais en quoi les biens communs concernent-ils les bibliothèques ? »

Mardi 6 octobre 2015

 

Espace multimédia gantner, antenne de la Médiathèque départementale du Territoire de Belfort. 1 rue de la Varonne – 90140 Bourogne

Téléchargez le bulletin d’inscription

Les inscriptions sont limitées à 40 personnes et traitées par ordre d’arrivée.
Merci de votre compréhension.
Bulletin à renvoyer avant le mercredi 25 septembre 2015à :
Agnès HUBSCHER
ABF – Journée d’étude
29 rue de Montbouton
90500 BEAUCOURT

Programme de la journée :

9h – 9h30 : Accueil des participants.

9h30 – 10h : Mot d’accueil, Emmanuelle Herry, directrice de la MDTB. Présentation de l’Espace multimédia gantner.

10h – 10h45 : Conférence introductive de Lionel MAUREL, conservateur à la Bibliothèque d’Histoire internationale Contemporaine (Université Paris X), et Thomas FOURMEUX, assistant multimédia à la BM d’Aulnay-sous-Bois. Tous deux sont respectivement co-fondateur et membre du collectif « SavoirsCom1 ». Définition des biens communs et les applications possibles en bibliothèque.

11h – 12h30 : Retours d’expériences

  • BM d’Aulnay-sous-Bois : Thomas FOURMEUX

Le domaine public en bibliothèque : sélection des documents, médiation.

  • Médiathèque André Besson (Plaine Jurassienne, Chaussin): Dorothée NEGRELLO

Grainothèque : Les semences un domaine public à conserver et partager… en bibliothèque.

12h30-14h30 : Pause repas. Proposition de repas au restaurant L’Amuse Bouche, proche de l’Espace Gantner (voir bulletin d’inscription).

14h30 – 16h30 : Atelier de démonstration – 2 roulements (inscriptions aux ateliers durant la pause du matin)

  • Atelier 1 : imprimante 3D
  • Atelier 2 : bibliobox
  • Atelier 3 : Tablettes numériques

16h30 – 17h : Retour des ateliers (un rapporteur par atelier) et bilan de la journée d’étude.

Congrès 2015 – CR – Faire plus avec moins : les tensions liées au contexte économique

affiche_congres2015Faire plus avec moins :

les tensions liées au contexte économique

Compte-rendu de Laure C.

  • Olivier Ploux, directeur du réseau des bib autour de Beauvais
  • Julien Barthe, secrétaire général adjoint, université de Lorraine.

Les 2 intervenants prennent une heure pour présenter et expliquer le fonctionnement de leurs structures et les conséquences de ces baisses de budget : diminution des achats et suppressions de postes.

Difficile de trouver un intérêt à leur présentation.

  • Gloria Perez Salmeron, pdte de FESABID

FESABID : Fédération espagnole des archives, des bibliothèques, de la documentation et des musées 

Nouvelle présidente de l’IFLA

Intervention en anglais avec un power point. Elle nous parle de l’Espagne, en crise depuis plusieurs années et de ce qui a été mis en place pour montrer aux élus la nécessité de maintenir et subventionner les bibliothèques.

Conséquence de la crise : Avec la baisse des moyens, remise en cause de la qualité des services proposés.

  • Service public en flux tendu, pas de personnel supplémentaire
  • Fermeture estivale
  • Abandon de certaines manifestations hors les murs
  • Personnel sous tension
  • Recherche d’économies
  • Obsolescence des collections et report sur Internet
  • Suppression d’achats de magazines

Impact sur les collections : Recherche d’esprit « réseau », cohérence, fin de l’encyclopédisme, choix d’une production contemporaine, recours à la navette, désherbage, choix de ne pas diminuer la part du numérique.

Dans le même temps, on a observé une augmentation des visites, le nombre des usagers a été multiplié par 2.

En partenariat avec des associations, les bib peuvent être mise à disposition pour de la recherche d’emploi en ligne, des cours de soutien scolaire, des ateliers.

Question : la bibliothèque, coût ou investissement ?

Recherche de solutions. Une étude de la valeur sociale et économique des bibs a été réalisée.

  • Objectifs:
  • démontrer que les bibs offrent une contribution productive aux économies concurrentielles contemporaines
  • fournir aux bibs des outils pour défendre leurs positions contre les secteurs concurrentiels qui ont défini leur contribution à la société en termes économiques
  • démontrer la valeur sociale et économique des bibs
  • démontrer que la bib est un investissement
  • démontrer que la bib contribue à construire une société plus forte
  • donner de la valeur aux services d’information donnés par les bibs, qui sont bénéfiques à la société

 

  • Méthodes
  • Prix du marché : utilise le prix des services alternatifs
  • Valuation contingente : études demandant aux usagers d’estimer le coût des services publics offerts par les bibs comme si c’était du privé
  • RSI retour sur investissement – pour 1€ investi, combien est redonné en service public aux étudiants, chercheurs, professionnels, public ? (pour1€ investi, 3€ de service proposés)
  • Taxe/an/ha versé par chaque contribuable espagnol : 32€ pour les services de la bib. Le coût réel s’il devait payer tous les services seraient de 282€ pour les BM et 338€ pour les BU.

 

  •  Faits

La bib est le service public, éducatif et culturel le plus apprécié. Elle est perçue comme un lieu accueillant, un lieu de rencontres. L’aide fournie est très satisfaisante. Les non utilisateurs se disent prêts à participer aux actions de la bib.

  • Evolution

Les espaces multiservices avec toute la technologie (ordinateur, imprimante, wifi, Internet, etc…) jouent un rôle prépondérant.

Les bibs ne sont pas perçues comme aidant à la recherche d’emploi même si elles le font.

  •  coupe budgétaire ?
  • les missions sont-elles à jour ?
  • Comment gérer la lecture numérique et le droit d’auteur ?
  • Le gouvernement comprend-il le rôle des bib ?
  • Est-ce que les associations professionnelles promeuvent des différents aspects ?

 Conclusion

Nouvelle mission : fournir l’accès à l’information et guider le citoyen vers les contenus dont ils ont besoin pour leur développement dans une société plus forte.

N’abandonnez pas cette mission aux autres !

 

Congrès 2015 – CR – Tension avec les élus : chacun sa place !

affiche_congres2015Tensions avec les élus : chacun sa place !

Compte-rendu de Laure C.

Vous trouverez sur le site de l’ABF, onglets ressources/ compléments à bibliothèque/ un dossier sur le sujet. http://www.abf.asso.fr/6/151/529/ABF/enquete-aupres-des-bibliothecaires-et-des-decideurs

  • Carole Knoll

Chacun a sa place, chacun a sa légitimité.

Son livre : Fonctionnaires, et alors ? http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/fonctionnaires-et-alors-9782212559972

Einstein disait : « un problème sans solution est un problème mal posé. »

L’élu est légitime, justement parce qu’élu par la population (mais l’appartenance à un parti politique ne doit pas le définir)

Le bibliothécaire est légitime par ses compétences (mais pas défini selon son réseau d’appartenance)

Il y a 2 sortes d’élus : – celui qui est intrusif       – celui qui laisse faire, qui fait confiance

Chaque personne a des compétences et des appétences particulières, ce qui peut influer sur les comportements des élus, selon son degré d’intérêt.

Il y a 2 sortes de  bibliothécaires: – celui qui est actif       – celui qui se dit qu’il ne peut rien faire

Entre les deux, c’est la zone de « crise ».

Aujourd’hui les budgets sont souvent contraints. De plus, Il y a eu un raz de marée aux dernières élections, donc beaucoup de nouveaux élus, donc nécessairement besoin d’un temps d’adaptation.

Ne pas oublier que le fonctionnaire a un devoir d’obéissance. (Sauf ordre illégal et qui nuit à la collectivité) Donc obligation d’obéir, mais faire écrire l’ordre est un gage de sûreté.

Grâce à ses compétences, la bibliothèque doit éclairer l’élu pour les prises de décisions. Elle doit s’appuyer sur des chiffres, des projets. Les convictions personnelles ne sont pas toujours faciles à faire passer.

Il faut mettre en application puis rendre compte.

Quand on rencontre des problèmes, il ne faut pas rester seul et faire jouer le réseau. L’important c’est de savoir où on va.   « Trop loin à l’Est, c’est l’Ouest »

S’appuyer sur l’éthique quand la déontologie ne fonctionne plus. (si l’élu émet des demandes illicites par exemple)

Bibliothécaire : ni hérisson, ni paillasson

Cyclobiblio est une association de partage. Faire savoir est une compétence très importante actuellement. http://www.cyclingforlibraries.org/?page_id=8341

  • Anne Marie Bock- directrice bdp 67

Le bibliothécaire fait le lien entre le public et les élus, on est proche de lui. Donc cela permet un retour aux élus. Et en même temps, c’est limité et biaisé. Il faut aussi s’ouvrir sur les autres publics, ceux qui ne viennent pas à la bib.

S’intéresser aussi aux élus, à leur contexte, leurs problématiques. Il est faut de dire que tous les élus s’en « foutent ».

Réflexion d’un élu un jour à cette intervenante qui lui expliquait le fonctionnement de bib en intercommunalité : « c’est comme la distribution de l’eau ». Les élus ne sont pas des spécialistes.

La bib ne doit pas compiler des attentes, elle doit être dans la proposition.

Il faut se laisser le temps de digérer les contrariétés (des 2 côtés) pou ne plus être dans l’émotion mais dans la réflexion.

La temporalité est une notion importante. Elu et bibliothécaire ne sont pas dans la même notion de temps. Selon si c’est le début, le milieu, la fin du mandat de l’élu, cela change les données. Il faut avoir ses arguments, ses projets prêts et savoir les amener au bon moment ; même si ce n’est pas celui qu’on pensait le meilleur. Les temps informels sont parfois riches en échange et font avancer les choses.

Rq : On dit souvent les élus ne connaissent pas le travail de bibliothécaire, mais l’inverse est vrai également.

  •  Marie Paule Lehmann – vice pdte CG67

Les maires sont souvent issus du milieu associatif, donc à l’écoute des publics. Avoir une bib est une demande récurrente de la part des habitants, mais le travail de bibliothécaire est mal connu donc il faut s’atteler à le faire connaître.

Certains élus « savent tout ». Mais pleins d’autres sont prêts à apprendre le fonctionnement de la bib. Quand il y a des problèmes financiers, la culture en fait toujours les frais. Des conflits naissent et doivent être gérés. Il ne faut pas oublier que les élus sont tenus par des lois et le passage en intercommunalité et la fusion des régions ne va pas arranger les choses, les élus risquent d’être tendus dans le futur.

Les intercommunalités n’ont pas toujours la compétence de la lecture publique. Si la commune ne s’en sort plus, elle se retourne alors vers l’intercommunalité, parce que la population en a besoin. Mais l’élu n’a pas toujours l’écoute/la compréhension pour porter cette demande. Ne jamais désespérer, ne pas perdre d’occasion, même autour d’un verre de pot à la fin.

Faisons une analogie : l’élu est un médecin généraliste, donc il ne sait pas tout faire (même s’il ne veut pas le reconnaitre). Il faut donc le guider vers un « spécialiste » (le bibliothécaire) pour le guider et faire avancer la lecture publique.

  • Questions

Puisqu’on a moins de budget, on ne peut plus faire plus avec moins. Il faut faire moins mais bien. Au lieu d’arroser tous les publics indistinctement, il faut établir des priorités, faire des choix, donner des orientations. (C’est de la gestion de bon père de famille)

Utiliser les notes de services pour alerter si nécessaire.

Loi du 13 juillet 1983. Sur les droits et devoirs du fonctionnaire. Attention au devoir de réserve.

Utiliser la hiérarchie : note à n+1 mais aussi le directeur général des services qui est tout à fait légitime pour gérer des conflits internes. Cependant si l’on apprend des « magouilles », il faut saisir le procureur de la République.

Savoir rester chacun à sa place

 

Congrès 2015 – CR – Le manque de temps : tensions et frustrations, quelles solutions ?

affiche_congres2015Le manque de temps :

tensions et frustrations, quelles solutions ?

Compte-rendu de Laure C.

Comment gérer le temps en mode projet ? Prioriser certaines tâches.

Quand c’est ouvert, trouver la solution à des nouveaux problèmes, quels outils à mettre en place pour gérer cette question.

 

  • Sylvie Deville, présidente de l’université de Lorraine (nouvellement unifiée)

Il y a eu la création d’une direction de la documentation et de l’édition au moment de la fusion de tous les sites universitaires.

La fusion est stratégique, pour la compétition européenne entre universités. Les grandes structures sont mieux représentées, plus « compétitives ».

Pour l’institution, deux phénomènes : une dilatation du temps (certains dossiers restent en suspens longtemps) et une contraction du temps (parfois il faut faire passer des dossiers très vite)

Pour la bibliothèque : l’informatique permet une grande rapidité, tous ont maintenant le même SIGB. Mais cela impose la nécessité de se rencontrer entre agents.

Pour les agents : des tensions liées à la mise en régulation de travail sont apparues. Le temps de trajets entre les différents sites est plus long.

Pour les usagers : décalage entre ce qu’ils veulent et ce qu’on peut proposer. On observe une demande de consommation en documents, en service, en espace qui augmente avec le temps.

La notion de réseau est peu comprise, les usagers sont attachés à leur bib. Les horaires d’ouverture posent question (demande de plus d’amplitude, en particulier pendant les périodes d’examens : soir tard, dimanche)

Questions posées :

Pas de problèmes de remboursement des frais de transport. NON

Mise en place de visioconférence : pas envisagé, pas les moyens techniques nécessaires

Prêt de documents interbib : mise en place bientôt avec un temps de mise à disposition de 24 à 48h (au vu des distances)

 

  • Mélanie Villenet-Hamel – directrice bdp de l’Hérault

Au départ, c’était un simple déménagement de la BDP dans un nouveau bâtiment. Mais ensuite l’obligation a été donnée par les élus d’ouvrir également au public. Cela posait un problème de concurrence avec la BM, avec qui elle entretenait de bonnes relations ; donc le choix a été fait ne de pas prêter de documents. Uniquement faire de l’accueil du public.

Les horaires de travail étant différent en BDP (lundi au vendredi jusqu’à 17-18h max) et en BM (mardi au samedi jusqu’à 19h), un aménagement des plannings du personnel a du avoir lieu.

Cet espace a bénéficié d’une large publicité. A l’ouverture et pendant les premiers mois, les bibliothécaires ont du faire face à une situation de « crise » : surpopulation, victime de son succès.

Au bout de quelques temps, la direction a reçu un mail dénonçant le manque de temps et une fatigue des bibliothécaires en service public. Passé l’émotion première suscitée par ce mail, il s’est avéré qu’il était justifié : les bibliothécaires manquaient de temps pour partager et co-construire (pour ne plus avoir la tête dans le guidon). Des ateliers participatifs ont été mis en place par la direction autour de thématiques.

Réunion de co-construction : échange en petit groupe sur un thème, puis mise en commun. Idées listées, puis un vote pour la solution à retenir. Dans un temps défini.

 

  • Isabelle Vazard – directrice de la bib de Condé/Noireau

C’est une bib dans le Calvados, ville de 5000ha. C’est un lieu atypique. 36h d’ouverture au public (comme les magasins de la rue commerçante du centre ville où elle est installée) Un lieu où on reste, partagé avec l’office du tourisme et un musée gratuit. (Personnel : 4 à 6 temps plein)

Pas de service interne, pas de bureau, tout est fait sur les bureaux disséminés dans la bib.

Le personnel doit se sentir bien pour être engagé, car le travail se fait dans des conditions particulières. Se sentir bien = motivation et engagement. Le personnel doit être polyvalent pour pouvoir assurer le service public et les tâches quotidiennes, mais avec des compétences spécifiques pour chacun, qui permettent l’animation de la bib.

Etablir des priorités : 1- l’accueil ! Tout le reste passe après.

Pour un meilleur service, diversifier les équipes : l’âge, le sexe, les compétences…

Les horaires sont simples et lisibles. La structure est beaucoup ouverte, donc le public vient quand il veut, donc c’est plus cool, moins de flux tendu, les gens viennent discuter.

L’espace a été pensé en décloisonnant : classe reçue pendant l’accueil, machine à café avec quelques tables, bureau du personnel disséminé : le public peut choisir son interlocuteur. Cela facilite le partage d’info pour le personnel.

Mutualisation avec d’autres services dans la commune, la bib rend des micro services tout le temps